Jurys

Jury télébec

Avec la volonté de récompenser le labeur et la créativité des cinéastes des courts et des moyens métrages, le Prix Télébec existe depuis 36 ans. Le jury Télébec devra désigner, sur les 27 films en lice, celui le plus méritant de ce prix, accompagné d’une bourse de 1 000$.

 

 

Écrivain, musicien et créateur de jeux de société, Bruno Crépeault est triple récipiendaire du Prix littéraire de l’Abitibi-Témiscamingue. En 2015, il a cofondé à Val-d’Or Adama Productions, une entreprise de création vidéo et nouveaux médias.

 

Magali Monderie Larouche est originaire de Rouyn-Noranda, ville dans laquelle elle est revenue s’installer après des études de maitrise en relations internationales à l’UQAM. Depuis son retour, Magali a occupé des postes de direction dans le domaine de l’entrepreneuriat et de la production vidéo, pour finalement devenir, il y a trois ans, directrice générale du Festival de musique émergente, poste qu’elle occupe toujours aujourd’hui.

Dominique Paquin-Raymond combine des études en création numérique (profil cinéma) et en communication. À titre de stratège pour l’agence LEBLEU communication humaine depuis maintenant plus de trois ans, son quotidien consiste à élaborer des stratégies marketing à la fois audacieuses et efficaces, adaptées à différentes plateformes. Amoureuse de sa région, engagée et curieuse, elle aime consommer de la culture sous toutes ses formes et s’impliquer dans divers événements régionaux. C’est donc avec un réel plaisir qu’elle a accepté de jouer le rôle de jurée pour le Prix Télébec.

JURY RELÈVE DESJARDINS

Depuis 17 ans, la Caisse Desjardins et le Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue récompensent et valorisent le talent de la relève culturelle d’ici et lui offrent une tribune exceptionnelle. Le jury doit choisir parmi une sélection de courts métrages réalisés par des étudiants du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue et de l’UQAT au courant de l’année 2019-2020, le film se démarquant le plus dans chacune des écoles. Ces deux films se voient remettre chacun une bourse de 500 $. 

 

Diplômée en cinéma de l’Université de Montréal, Annie-Claude Caron  a travaillé sur de nombreux plateaux de tournage québécois et étatsuniens avant de revenir dans sa région natale, l’Abitibi-Témiscamingue. L’an dernier, elle présentait au Festival le court métrage documentaire Gino Bouleau, coréalisé avec Danick Audet. Ce film a voyagé dans de nombreux festivals au Québec. Elle est également vidéaste chez Productions 3 Tiers et scénarise présentement, avec l’appui de la SODEC, son prochain court métrage de fiction.

Diplômé d’une maitrise en création numérique, Valentin Foch est le maitre d’œuvre des projets numériques du Petit Théâtre autant dans l’accompagnement des artistes que dans l’intégration technologique dans les arts vivants. Créateur, il développe des œuvres où il détourne les objets du quotidien en cherchant à humaniser l’artificiel et à explorer l’âme des nouvelles technologies. Il a également cofondé, en 2016, le collectif de VJing et d’artistes numériques CrocoDeal Dunil.

Diplômée du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue en art et lettres et de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue en création numérique, Marika Jacob est la récipiendaire du Prix de la relève Desjardins 2009 et a reçu, plus récemment, la récompense Contribution au rayonnement culturel lors de la remise des Prix de la culture de la Ville de Rouyn-Noranda. Pendant de nombreuses années, elle a été la coordonnatrice télévisuelle pour TVC9. Aujourd’hui chargée de projet en médiatisation à la Formation continue de l’UQAT, son amour vibrant pour le cinéma et la vidéo est toujours aussi présent.

JURY ESPACE COURT

PRIX TÉLÉ-QUÉBEC ET PRIX SPIRA

François Charette est un réalisateur natif de Rouyn-Noranda. Après un passage sur la scène musicale, il poursuit ses études au baccalauréat en multimédia interactif avec mineure en cinéma à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. Réalisateur de plusieurs courts métrages, il a reçu le Prix Télé-Québec à l’Espace court au Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue en 2012 avec son film, La faim. De plus, il obtient la reconnaissance de ses pairs en remportant, en 2013, le Prix Relève à la Remise des prix d’excellence en arts et en culture de l’Abitibi-Témiscamingue. Ayant œuvré sept ans dans le milieu de la publicité, il travaille maintenant pour l’UQAT tout en menant de front une carrière de cinéaste indépendant.

Rémi Fréchette  a débuté la création cinématographique au fil du mouvement Kino, où il réalisera quelques dizaines de courts métrages. Après son diplôme en Film Production à l’Université Concordia, il coécrit et réalise Les jaunes, une série Web comico-fantastique sortie en 2013 sur Tou.tv et adaptée ensuite en long métrage pour parcourir le circuit des festivals de films de genre. Sa deuxième série Web, L’étrange province, remporte le Numix dans la catégorie Humour et variété (2016). Il a supervisé, coproduit et réalisé un segment du long métrage anthologique Montreal Dead End (2018) et coanimé le balado de cinéma Point de vues (2012-2020). En plus de réaliser et de monter pour la télévision, il travaille présentement sur deux projets de long métrage. Depuis 2018, il occupe le poste de programmateur des Fantastiques week-ends, le volet québécois du Festival Fantasia.

Aude Weber-Houde  est professeure invitée en médias numériques à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. Elle enseigne le cinéma depuis une dizaine d’années, tant dans sa dimension théorique que pratique. Elle rédige également une thèse de doctorat en études cinématographiques à l’Université de Montréal, dans laquelle elle étudie divers gimmicks sensoriels implantés dans les salles de cinéma, qu’on appelle parfois «cinéma 4D» : sièges truqués, odeurs, éléments atmosphériques et stéréoscopie ! Elle fait également partie de l’équipe du Concours international de composition de musique de film de Montréal depuis sa création en 2015. Aude a un faible pour le genre de l’horreur en particulier et s’intéresse beaucoup aux films dits cultes.