L’ATMOSPHÈRE DU FESTIVAL AU JOUR LE JOUR – JOUR 4 – MARDI 29 OCTOBRE 2019

FORFAITS FESTIVAL : UNE MONTRÉALAISE N'EN REVIENT PAS

Françoise Lefebvre a longuement travaillé dans le domaine de l’éducation. Elle connaissait peu l’Abitibi-Témiscamingue. Gaston Lavoie, son amoureux, connaissait la région. Il a vécu à Rouyn-Noranda pendant 15 ans. Il y a étudié en Travail social, puis, il y a travaillé dans le domaine de la santé. Le cinéma fait partie de leurs loisirs à tous les deux.

 

Tout au long de sa carrière dans le domaine de l’alphabétisation à Montréal, Françoise entend des collègues lui parler du Festival de Rouyn-Noranda. Priscille Lambert, entre autres, prend à chaque année une semaine de congé en octobre pour assister à l’événement. À chaque fois, à son retour, sa collègue lui raconte en détail comment ça se passe : « Tu vas voir, un jour, ça va être aussi populaire que le Festival des films du monde! » Françoise, fière Montréalaise, l’écoute avec un gros doute.

 

Au bout de 35 ans, un mythe s’est établi et Françoise rêve du jour où elle aura les moyens et le temps de passer, elle aussi, une semaine complète au Festival. Puis, arrive le temps de la retraite. Ses collègues organisent une fête où on lui remet une carte postale du 37e Festival. Elle ne comprend pas trop, mais à l’endos elle lit : Nous serons heureux de vous recevoir pour notre 38e édition. Il s’agit d’un séjour, pour elle et son amoureux, afin d’assister à toute la semaine du Festival. « Laissez-moi vous dire que j’ai pleuré beaucoup. Moi qui rêvais depuis 35 ans de venir au Festival. »

 

Depuis leur arrivée, ils n’en reviennent tout simplement pas. « Par exemple, l’accessibilité qu’on a avec les artistes. Tout le monde est ensemble. C’est étonnant! », souligne Gaston Lavoie.

 

« On voit ici des choses qu’on ne soupçonnait même pas, renchérit Françoise Lefebvre. Ce qui me fascine, c’est de voir à quel point les gens d’ici, de tous les milieux [politiciens, enseignants, artistes, sportifs, entrepreneurs…] se mettent ensemble pour créer. Cette mise en commun des ressources, c’est comme une véritable toile d’araignée. On espère qu’on va pouvoir revenir à chaque année », souhaite une Françoise Lefebvre des plus enthousiastes.

 

« Ça sera notre semaine de vacances de retraités », conclut Gaston Lavoie.

Récemment

39e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue : Une année de fraternité et d’espoir

15 septembre 2020

C’est dans un contexte hors du commun que le Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue est heureux de dévoiler les premiers éléments de sa 39e programmation. Il va sans dire que toutes les mesures sanitaires en vigueur seront respectées durant tout l’événement et que le public retrouvera les intentions premières de son organisation ; du cinéma de qualité, de grandes premières, des rencontres mémorables, un accueil chaleureux.

Lire la nouvelle
Crédit Photo : Émilie Dumais 2020

Premier passage du Musée ambulant en Abitibi-Témiscamingue

3 septembre 2020

Du 12 au 26 septembre prochain, le Musée ambulant sera de passage pour une première fois en Abitibi-Témiscamingue avec sa tournée Côté court!. Réalisé grâce au soutien financier du gouvernement du Québec et en collaboration avec le Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue, Côté court! propose aux familles et aux enfants de la région de découvrir des courts métrages d’animation d’ici et d’ailleurs tout en s’initiant à l’art du bruitage lors d’un atelier de création sonore collective en plein-air.

Lire la nouvelle

OUI POUR UN 39e FESTIVAL DU CINÉMA INTERNATIONAL EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE EN TOUTE SÉCURITÉ

13 août 2020

L’équipe du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue a la joie de vous confirmer que le festival revient pour une 39e année. Selon le scénario actuel, l’événement aura bel et bien lieu avec des projections en salle du 31 octobre au 5 novembre 2020, afin de respecter le concept original du festival, soit la présentation de films en présence du public et de ses artisans et artisanes. Il y aura quelques changements.

Lire la nouvelle