MARTIN VILLENEUVE ET ROBERT LEPAGE EN PERSONNE SUR SCÈNE POUR NOUS PRÉSENTER IMELDA 2 : LE NOTAIRE

Après nous avoir présenté IMELDA 3 : SIMONE en compagnie de Ginette Reno la veille, le réalisateur et acteur Martin Villeneuve était de retour sur la scène du Théâtre du cuivre, en ce dimanche après-midi, mais cette fois en compagnie de l’acteur Robert Lepage pour la projection du deuxième volet de sa série, IMELDA 2 : LE NOTAIRE. Pouvant enlever son masque une fois rendu au microphone qui lui était assigné sur scène, Robert Lepage fut le premier à prendre la parole : « Vraiment! C’est extraordinaire pour nous, justement, les pestiférés des zones rouges de Montréal, de voir du monde. Enfin! On est très fiers de venir vous présenter notre court métrage », souligne avec humour Robert Lepage, avant de nous dire quelques mots sur le réalisateur. « Martin c’est quelqu’un qui a une démarche très particulière, qui rentre dans le cinéma par une porte différente. C’est vraiment un grand artisan. Ça ne ressemble à rien, ce qu’il fait, c’est extraordinaire! Et ça c’est une qualité, parce que nous sommes dans une société qui nous encourage à essayer d’être numéro un et on nous encourage pas assez à être unique. C’est très différent. Moi, j’adhère toujours aux projets, aussi fous soient-ils, de Martin, parce que je trouve que c’est un être unique. D’ailleurs, on a plusieurs autres projets sur lesquels on vous entretiendra un jour », a conclu Robert Lepage en cédant la parole au réalisateur.
« Merci! Merci beaucoup Robert! Wow! Ça fait chaud au coeur », a enchaîné un Martin Villeneuve ému, interrompu par les applaudissements approbateurs de la salle. « Ça fait très chaud au coeur aussi, comme l’a dit Robert, d’avoir un public, puis de voir des films sur grand écran. Mon dieu! Ça fait du bien après avoir été confiné. C’est extraordinaire! Donc, merci beaucoup au Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue. C’est extraordinaire le travail qu’ils ont fait dans le contexte actuel. De pouvoir ainsi nous présenter des films… Merci, merci mille fois. »
Tout au cours de la projection du film, on a pu entendre des rires et d’autres réactions diverses des spectatrices et spectateurs répartis ici et là, dans la vaste salle. Puis, au générique, les festivalières et les festivaliers ont pu se lever, en portant leur masque, pour applaudir les deux artisans. Parmi ces spectateurs, Ginette Reno, toujours présente dans la salle, a réussi, à distance, avec la tendresse et l’amour qu’on lui connait, à communiquer aux deux comparses sa grande appréciation du film.

Récemment

Le 39e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue : Pari gagné!

17 novembre 2020

Déjà quelques jours se sont écoulés depuis que s’est clôt le 39e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue. Cette année, les festivaliers, bénévoles, membres de l’équipe et partenaires ont fait preuve d’une belle capacité d’adaptation et de créativité pour nous permettre de vivre ce Festival qui était à la fois différent et merveilleusement joyeux. Nous nous remémorons les bons coups de cette année.

Lire la nouvelle

Les lauréats du 39e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue en salle

6 novembre 2020

Le 39e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue vient de se terminer. La cérémonie de clôture a été présentée sur la page Facebook du Festival, afin que toutes et tous puissent la regarder en toute sécurité, dans le confort de leur foyer.

Lire la nouvelle
Crédit photo Christian Leduc

DOUBLE SOIRÉE DE CLÔTURE : L’ÉMOTION À SON PAROXYSME

5 novembre 2020

Pour la première fois en 39 ans, c’est un film 100 % régional qui clôturait l’événement. Le documentaire de Rachelle Roy, DANSER SOUS LA PLUIE, tourné à partir de son téléphone cellulaire, nous dévoile, sans filtre, son combat contre le cancer du sein, des premiers jours suivant son diagnostic jusqu’à sa guérison.

Lire la nouvelle