39e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue : Une année de fraternité et d’espoir

Soirée d’ouverture

LE CLUB VINLAND

du réalisateur Benoit Pilon

Une production québécoise d’envergure
En grande première nord-américaine 

« Un hymne au courage et à la persévérance »

Le samedi 31 octobre 2020, le Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue accueillera la première nord-américaine du film LE CLUB VINLAND, de Benoit Pilon. Des personnages attachants, une histoire qui fait du bien, ce film vous remémorera les enseignants qui ont positivement marqué votre parcours !

Bien connu et apprécié de nos festivalières et festivaliers, Benoit Pilon est un réalisateur et scénariste s’étant autant démarqué dans l’univers documentaire que fictionnel. C’est grâce à ses productions documentaires qu’il se fait connaître avec Rosaire la petite nation et Roger Toupin, épicier variété, qui sont célébrés par la critique. Son premier long métrage, Ce qu’il faut pour vivre, remporte un succès retentissant. S’en suivront deux autres longs métrages, Décharge et Iqaluit, qui, comme LE CLUB VINLAND, portent une attention particulière au contexte social et historique dans lequel évolue les personnages.

Mettant en vedette Sébastien Ricard (Dédé à travers les brumes, Les invasions barbares, Avant que mon cœur bascule), Arnaud Vachon, François Papineau (Iqaluit, La Disparition des Lucioles, Route 132), Rémy Girard (Les invasions barbares, Il pleuvait des oiseaux, Les Boys) et Émilie Bibeau (Émilie, Quelqu’un d’extraordinaire, Ça sent la coupe), cette distribution propose des personnages vrais, avec leurs failles et leurs forces.

LE CLUB VINLAND raconte l’histoire d’un éducateur exceptionnel dans un collège de garçons de l’est du Québec de la fin des années 1940. Le Frère Jean est adulé de ses élèves, mais perçu comme un dérangeant par les supérieurs de sa congrégation. Voulant à la fois résoudre une énigme historique, motiver ses élèves et empêcher le décrochage d’Émile, un étudiant en difficulté, Frère Jean entreprend de conduire des fouilles archéologiques visant à prouver l’établissement d’une colonie Vikings (le Vinland) sur la côte du Saint-Laurent.

« C’est un film lumineux qui fait du bien dans la situation dans laquelle nous sommes. Les paysages de Charlevoix sont magnifiques et nous font voyager en un clin d’œil. Le courage et la persévérance, autant du Frère Jean que du jeune Émile, est des plus touchantes et vous inspirera à tout coup. La fraternité y est dépeinte comme une bouée de toutes les tempêtes, qui ramène toujours le sourire », souligne Jacques Matte, président et cofondateur du Festival.

Le film est produit par Productions Avenida et distribué par Les Films Opale.

 

*****

En fermeture

DANSER SOUS LA PLUIE

Documentaire personnel et percutant de la rouynorandienne Rachelle Roy

Première mondiale

« Une ode à la force humaine »

Le jeudi 5 novembre 2020 lors de la soirée de clôture du Festival sera projeté en première mondiale le film DANSER SOUS LA PLUIE, un documentaire de la rouynorandienne Rachelle Roy.

La vie de la trentenaire Rachelle est soudainement bouleversée par un diagnostic de cancer du sein. Pour l’aider à partager ses émotions et à extérioriser ce qu’elle vit, elle commence à filmer les différentes étapes de son combat et ses confidences. Composé majoritairement d’images prises à chaud avec son cellulaire, ce touchant témoignage expose les rires, les pleurs, les inquiétudes et les petites victoires qu’elle a vécus tout du long du processus. Ce film se pose en témoin de tout, sans jugement et sans rien cacher. « Mon objectif avec ce film est d’aider les gens aux prises avec le cancer, autant ceux qui le subissent que les proches aidants. Lorsque je suis tombée malade, je me suis mise à lire beaucoup et rien ne m’expliquait de quoi aurait l’air ma vie, ce que c’était de vivre avec le cancer. En faisant ce film, je désirais offrir ce repère », partage Rachelle Roy, la réalisatrice.

DANSER SOUS LA PLUIE est un film inspirant et émouvant. Nous avons une telle proximité avec la protagoniste, que nous avons l’impression de prendre des nouvelles de notre meilleure amie. Nous sommes aussi investis dans le récit que si nous avions toujours fait partie de sa vie. Le documentaire est brodé d’amour, de résilience et de relations qui font toute la différence.

C’est la première fois, dans l’histoire du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue, qu‘un film de production régionale clôture l’événement. Une conclusion remplie d’espoir et qui remet les choses en perspectives en ces temps de pandémie.

 

*****

REMISE PROTOCOLAIRE DE DEUX DOCTORATS HONORIS CAUSA de l’Université du Québec sous l’égide de l’UQAT

Il y a quelques mois, il a été annoncé que Manon Barbeau et les trois cofondateurs du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue, Jacques Matte, Louis Dallaire et Guy Parent, recevraient deux doctorats honoris causa, octroyés par l’Université du Québec sous l’égide de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT).

L’UQAT procèdera à la remise officielle des doctorats honoris causa lors d’une cérémonie protocolaire qui se déroulera le samedi 31 octobre prochain, en après-midi au Théâtre du Cuivre en présence d’invités de marque et de festivalières et festivaliers.

Jacques Matte, Louis Dallaire et Guy Parent, ainsi que Manon Barbeau seront ainsi honorés de la plus haute distinction universitaire. Pour les cofondateurs du Festival, cela souligne le travail considérable des trois acolytes depuis l’implantation du Festival, qui a eu de multiples retombées sur les milieux culturel, économique, touristique et social de la région. Pour Mme Barbeau, cette récompense démontre l’importance de sa contribution auprès des jeunes des Premières Nations du Québec, entre autres par le biais du Wapikoni Mobile, qui permet à ces jeunes de se réapproprier leur culture et de l’exprimer par le médium du 7e art.

 

*****

Jamais deux sans trois !

FRANK POLSON

Créateur de l’œuvre à l’origine de l’affiche du 39e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue

Pour une troisième année consécutive, c’est une magnifique œuvre de Frank Polson qui a été le canevas de l’affiche du 39e Festival. Frank Polson est un artiste-peintre de la communauté de Long Point First Nation au Témiscamingue. Polson se décrit comme un autodidacte. Il affirme que ses œuvres lui sont inspirées, entre autres, par de nombreux souvenirs de piégeage avec son père jour et nuit sous la majestueuse toile du ciel boréal enflammé par les couchers et levers du soleil. Il a su développer un style respectant la tradition tout en étant contemporain et son travail continue de franchir les frontières et à conquérir de nouveaux publics. L’univers unique de ses toiles a toujours su nous captiver.

« L’ours représente le courage parmi les Sept enseignements sacrés des Grands-Pères, parce que la maman ours affrontera même le plus fort des prédateurs pour protéger ses petits. Et parmi les sept clans du système social Anicinabe, les membres du clan de l’ours assurent la protection de la communauté à titre de policiers et soigneurs. Ils sont reconnus pour leur don de guérison parce qu’ils connaissent et recueillent les plantes médicinales lors de leurs patrouilles en forêt », explique l’artiste Frank Polson.

C’est la talentueuse Stéphanie Cloutier, designer graphique chez LEBLEU Communication humaine, qui, encore cette année, s’est approprié l’œuvre de Frank Polson afin de concevoir une magnifique affiche.

 

*****

Les indispensables partenaires de ce 39e Festival

« Avec nous, pour surmonter cette année exceptionnelle ensemble »

Au fil des années, la relation qui unit le Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue et ses partenaires financiers, ses bénévoles et ses collaborateurs est presque familiale. Même en ces temps incertains, tous continuent de nous soutenir et être des nôtres, apportant un souffle et une énergie plus que bienvenus. Ce soutien est une preuve de collectivité et de fidélité des plus impressionnantes et il nous semble plus que jamais important de remercier cette grande équipe qui œuvre en coulisses.

« Cette année est pleine de défis et de changements et, grâce au travail collaboratif de nos bénévoles, nos collaborateurs, l’équipe en place et nos précieux partenaires, nous sommes là aujourd’hui pour notre 39e Festival. Cette vague d’amour que nous avons reçue, nous avons le désir de la transmettre au public, à nos cinéphiles et explique sans doute la ligne directrice brodée d’espoir de notre programmation », explique Guy Parent, cofondateur du Festival.

Merci à tous ces gens de cœur pour leur passion et leur créativité qui saura faire du 39e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue un succès.

 

*****

La programmation complète sera dévoilée le 13 octobre prochain et les billets pour tous les blocs (incluant soirées d’ouverture et de clôture) seront en vente à partir du 15 octobre. Compte tenu de la situation en vigueur, aucun passeport ni forfait ne sera mis en vente : il sera seulement possible de se procurer des billets uniques par bloc de projection avec des sièges assignés. Les détails concernant la procédure d’achat de billet sera communiquée au début du mois d’octobre.

Pour connaitre tous les détails, visitez le festivalcinema.ca.

Rendez-vous du 31 octobre au 5 novembre 2020 pour le 39e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue.

 

– 30 –

 

Sources :

Claudelle Rivard
Louis Dallaire
communication@festivalcinema.ca
819 762-6212

Récemment

Le 39e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue : Pari gagné!

17 novembre 2020

Déjà quelques jours se sont écoulés depuis que s’est clôt le 39e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue. Cette année, les festivaliers, bénévoles, membres de l’équipe et partenaires ont fait preuve d’une belle capacité d’adaptation et de créativité pour nous permettre de vivre ce Festival qui était à la fois différent et merveilleusement joyeux. Nous nous remémorons les bons coups de cette année.

Lire la nouvelle

Les lauréats du 39e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue en salle

6 novembre 2020

Le 39e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue vient de se terminer. La cérémonie de clôture a été présentée sur la page Facebook du Festival, afin que toutes et tous puissent la regarder en toute sécurité, dans le confort de leur foyer.

Lire la nouvelle
Crédit photo Christian Leduc

DOUBLE SOIRÉE DE CLÔTURE : L’ÉMOTION À SON PAROXYSME

5 novembre 2020

Pour la première fois en 39 ans, c’est un film 100 % régional qui clôturait l’événement. Le documentaire de Rachelle Roy, DANSER SOUS LA PLUIE, tourné à partir de son téléphone cellulaire, nous dévoile, sans filtre, son combat contre le cancer du sein, des premiers jours suivant son diagnostic jusqu’à sa guérison.

Lire la nouvelle