L’atmosphère du festival au jour le jour – JOUR 6 – Jeudi, 4 novembre 2021

ROGER FRAPPIER S’ADRESSE AUX FESTIVALIERS LORS DE LA CÉRÉMONIE DE CLÔTURE

 

Le Festival s’est terminé en force avec la présentation du long métrage The power of the dog de la réalisatrice Jane Campion. Juste avant la projection, le producteur québécois Roger Frappier s’est adressé personnellement aux spectateurs de Rouyn-Noranda via une vidéo où on pouvait ressentir toute sa joie de pouvoir nous offrir son magnifique film pour clore cette 40e édition : « Je tiens à féliciter Jacques Matte et toute sa belle et merveilleuse équipe pour ce grand festival. J’étais avec vous dès le début. Ce qui ne me rajeunit pas. Je vous laisse ce soir avec un grand film : The power of the dogLe pouvoir du chien. J’ai eu le bonheur de rencontrer Jane Campion il y a quatre ans et nous sommes tombés amoureux de cette merveilleuse histoire. Alors, je vous laisse en excellente compagnie : avec Benedict Cumberbatch, Jesse Plemons, Kirsten Dunst et Kodi Smit-McPhee. Ce fut… un des grands moments de ma vie de producteur de travailler avec Jane Campion et j’espère que vous partagerez ce bonheur ce soir. Merci et… bon film », conclut avec émotion Roger Frappier sous les applaudissements de la salle. 

Tout au long de la projection, on a pu constater de très fortes réactions chez les spectateurs dans la salle. De toute évidence, Le pouvoir du chien est déjà destiné à un énorme succès à l’échelle internationale (Lion d’argent de la meilleure réalisation à la Mostra de Venise en septembre dernier) et, encore une fois, il s’agit d’un film qui mérite d’être vu sur grand écran pour l’apprécier pleinement. Ah! Le pouvoir… du grand écran!

 

 

UN FESTIVAL COSTAUD QUI EST LÀ POUR DURER

Pour Francine Grimaldi, présente lors de la toute première édition du Festival et à nouveau présente en ce 40e, il ne fait aucun doute que l’événement, dès le départ, était là pour durer : « En partant, c’était un coup de foudre. Tout le monde a été séduit. En 1982, ils ont eu Fitzcarraldo [en première nord-américaine], avant Toronto, avant tout le monde [sur le continent], c’est énorme! Et ça demeure un coup de foudre à chaque fois. Ça va durer », soutenait la célèbre vadrouilleuse culturelle sur les ondes d’Ici Radio-Canada lors de la journée d’ouverture.

« Moi, je dirais qu’au début, on souhaitait que ça dure parce que c’était vraiment quelque chose de très particulier », renchérit Franco Nuevo. « La qualité des films et des invités, les entrevues qu’on pouvait réaliser, faire une entrevue seul à seul avec Gainsbourg ce n’est pas n’importe quoi! Claude Lelouch qui va à la chasse avec Jean-Claude Lauzon et qui embarque… Donc, à ce moment-là, on a vraiment senti que ce festival était costaud », témoigne cet habitué du Festival depuis les premières années.

« C’est l’une des seules manifestations cinématographiques qui a à sa tête les mêmes personnes depuis 40 ans », rapporte le journaliste Marc-André Lussier.  « Ce festival est tellement bien enraciné dans son milieu que moi je ne suis pas inquiet pour l’avenir. Jacques Matte non plus, je crois, puisque cette semaine il disait que son festival allait durer 100 ans! »

 

 

 

DOUBLE COUPS DE THÉÂTRE
AU GÉNÉRIQUE DU 40E FESTIVAL

 

Mesures sanitaires obligent, c’est devant un nombre restreint de spectateurs et avec une diffusion en direct sur Internet que la remise des prix s’est faite sur la scène du Théâtre du cuivre suite à la projection du film de clôture Le pouvoir du chien. Alors que la cérémonie s’achève, le président du Festival Jacques Matte, qui a toujours le tour de réserver des surprises aux festivaliers, a une annonce d’importance à faire. 

Coup de théâtre! Émilie Villeneuve quitte la direction générale du Festival. Évidemment, c’est un choc tellement la nouvelle est inattendue. Heureusement, la commotion est rapidement dissipée par Jacques Matte. D’abord par son humour habituel alors que sur scène Émilie reçoit les remerciements de tous : « C’est moi qui ai pensé au bouquet de fleurs », plaisante Jacques Matte qui a une dernière communication à livrer.

À nouveau, coup de théâtre! Cédric Poirier, qui était jusqu’alors à la coordination, partenariat et marketing de l’événement, prend le relais d’Émilie. On entend les applaudissements dans la salle et on devine le soulagement des internautes à la maison.

Quel générique final pour cette 40e édition! Avec désormais à la tête de la direction générale celui qui était depuis 2016 le bras droit d’Émilie Villeneuve, le Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue demeure encore et toujours entre de bonnes mains.

Récemment

Première annonce pour le 41e Festival du cinéma international en Abitibi-Témicamingue

22 juin 2022

TU TE SOUVIENDRAS DE MOI sera présenté en ouverture de la 41e édition du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue.

Lire la nouvelle

LES LAURÉATS DU 40E FESTIVAL DU CINÉMA INTERNATIONAL EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE DÉVOILÉS

5 novembre 2021

Lire la nouvelle

L’atmosphère du festival au jour le jour – JOUR 6 – Jeudi, 4 novembre 2021

4 novembre 2021

Alain Aylwin, président et éditeur de la Dépêche, nous raconte le 40e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue à l'écran, sur scène et en coulisses...

Lire la nouvelle