UN COURT MÉTRAGE AU HUIS CLOS DRÔLEMENT PRÉMONITOIRE

Exceptionnellement, pour cette édition en période de pandémie, le Festival a rajouté des blocs de projections en matinée pour  donner la chance au plus grand nombre de spectatrices et spectateurs de profiter de la programmation l’événement, toujours aussi relevée. C’est ainsi que dimanche matin, le réalisateur Maxime Genois et le scénariste Félix Poirier sont montés sur scène, dès 9 h 30, pour nous présenter leur court métrage TRANCHE DE NUIT.
« On est à moins de deux mètres, mais on est colocataire. Alors il n’y a pas de problème, on a pu se rendre au Festival ensemble », a rassuré avec humour Maxime Genois.
« À la base, Yves Jacques devait venir présenter le film avec nous, mais pour des raisons sanitaires, c’était un peu confrontant. Cependant, il vous salue ; il aime beaucoup le Festival. Félix, scénariste et directeur artistique a eu l’idée folle de créer un décor de toute pièce. Quand on a  commencé à écrire le film, on ne se doutait pas qu’il serait à ce point d’actualité ; il est question de confinement dans une chambre d’hôtel. Nous même, nous le sommes, ici à Rouyn-Noranda. C’est un contexte qui se marie très bien au film », a raconté avec ironie le réalisateur avant de poursuivre avec un beau souvenir du Festival. « Merci au Festival. J’étais déjà venu ici présenter mon premier court métrage. C’est donc un festival extrêmement précieux pour moi. Puis, j’adore Rouyn-Noranda. Malheureusement, cette fois-ci, on ne pourra pas se rendre au Bar des chums, parce qu’on vient de la zone rouge de Montréal. On va se tenir tranquille », jure Maxime Genois, sous les rires du public.
Tout au long de la projection du film, on pouvait entendre régulièrement les rires des festivalièrs. Encore une fois, à l’apparition du générique, les applaudissements du public vinrent réjouir les deux artisans présents dans la salle, bien conscients de la chance unique qu’ils avaient de pouvoir enfin partager leur oeuvre en cette période hors de l’ordinaire.

Récemment

Le 39e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue : Pari gagné!

17 novembre 2020

Déjà quelques jours se sont écoulés depuis que s’est clôt le 39e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue. Cette année, les festivaliers, bénévoles, membres de l’équipe et partenaires ont fait preuve d’une belle capacité d’adaptation et de créativité pour nous permettre de vivre ce Festival qui était à la fois différent et merveilleusement joyeux. Nous nous remémorons les bons coups de cette année.

Lire la nouvelle

Les lauréats du 39e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue en salle

6 novembre 2020

Le 39e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue vient de se terminer. La cérémonie de clôture a été présentée sur la page Facebook du Festival, afin que toutes et tous puissent la regarder en toute sécurité, dans le confort de leur foyer.

Lire la nouvelle
Crédit photo Christian Leduc

DOUBLE SOIRÉE DE CLÔTURE : L’ÉMOTION À SON PAROXYSME

5 novembre 2020

Pour la première fois en 39 ans, c’est un film 100 % régional qui clôturait l’événement. Le documentaire de Rachelle Roy, DANSER SOUS LA PLUIE, tourné à partir de son téléphone cellulaire, nous dévoile, sans filtre, son combat contre le cancer du sein, des premiers jours suivant son diagnostic jusqu’à sa guérison.

Lire la nouvelle